Société française de l'Internet

Quel Internet pour quelles sociétés ?

Manifeste ISOC à Autrans 2001

Le projet de Manifeste de l’Isoc en discussion publique à Autrans :

un texte fondateur pour la construction de l’internet de demain

Le Chapitre français de l’ISOC est une assemblée de personnes libres et égales entre elles qui s’associent pour promouvoir un « Internet pour tous ». Ce manifeste est un appel à tous ceux que l’Internet préoccupe pour qu’ils nous rejoignent afin d’accroître l’influence, les connaissances et les compétences de notre association.

En tant que membres de l’ISOC :

1. Nous reconnaissons dans l’Internet l’infrastructure technique d’une société nouvelle qui unit les hommes par le partage de l’information et de la connaissance, le libre commerce des biens et des services. En conséquence, nous défendons l’utilisation de standards de communication (IP…) et de production (Web…) de l’information comme première condition d’un accès égal pour tous.

2. Une de nos missions est de promouvoir un espace libre d’échange et de partage servi par des technologies qui doivent être :

a) gratuites, pour garantir l’égalité d’accès des plus pauvres,

b) simples, pour assurer l’égalité d’usage des moins instruits,

c) universelles, pour permettre l’égalité d’expression des cultures les plus variées.

En conséquence, nous privilégierons dans nos analyses, nos recommandations et nos décisions le point de vue de ceux qui, souhaitant profiter des richesses de l’Internet, ne le peuvent pas.

3. De par son histoire et sa composition, l’ISOC concentre expérience, connaissance et influence ; c’est pourquoi nous souhaitons constituer, enrichir et rendre disponible une base de connaissances, d’expertises et de ressources sur l’histoire et les possibilités humaines et technologiques de l’Internet.

4. Partant du principe que la valeur d’une production est la résultante d’une interaction entre des acteurs et leur environnement, nous défendons le principe du partage des droits sur cette valeur. Nous encourageons donc les technologies et les pratiques qui feront émerger un droit et une économie qui, au-delà des droits de propriété (droits d’auteurs, brevets…), garantiront la reconnaissance du créateur et valoriseront la participation des usagers à l’accroissement de la valeur de la production.

5. Pour nous, l’Internet doit faciliter, par l’expression et la consultation d’information, tous les genres d’activités : scientifiques, pédagogiques, politiques, artistiques, économiques… Pour nous, l’Internet aussi bien sur le plan de la technique que de l’usage, est un objet social ; pour cette raison, les usagers de l’Internet sont soumis aux lois en vigueur régissant notamment le respect de la vie privée, les droits des tiers, etc.

6. Par notre association, nous entendons en toute chose privilégier des approches où :

a) l’humain doit être considéré comme celui dont les pratiques donnent toute leur valeur aux technologies,

b) la simplicité des moyens doit être constatée a posteriori par le succès des usages et non a priori sur des opinions d’experts,

c) la gratuité des accès doit conditionner le choix des protocoles,

d) la variété culturelle, linguistique et économique de l’information produite et consultée est la preuve de l’universalité de l’Internet.

7) En application particulière de ces principes, un de nos objectifs est que les exclus (économiques, culturels, linguistiques …) trouvent avec l’Internet et le Web un choix accessible d’intégration. Étant donné les caractéristiques linguistiques du chapitre français nous sommes attentifs à faciliter l’accès et l’usage de l’Internet pour les populations francophones les plus défavorisées en particulier dans le tiers monde.

Venez nous rejoindre en adhérant à l’ISOC afin que vos compétences, vos connaissances et votre influence participent à la réalisation d’un Internet universel et infiniment varié, libre, gratuit et cependant générateur de richesses.

Source : site isoc-france.org de 2001 sur archive.org

Laisser une réponse

Vous devez etre connectez Pour poster un commentaire