Société française de l'Internet

Quel Internet pour quelles sociétés ?

La SFI au Salon de l’Internet : 2 conférences, 2 animations

Salon de l'Internet

Vendredi 20 Mars 2009, 18H-19H

Mini-Parlement
Le Mini-Parlement, ce sont des parlementaires invités par la Société Civile, à débattre entre eux et avec la Société Civile. Ce Mini-Parlement se situera juste à la confluence de deux faits marquants de la Société de l’Information en France :
– le premier Salon grand-public de l’histoire de l’Internet.
– les travaux parlementaires concernant le projet de loi Création et Internet.
Intervenants : Martine Billard, Jean-Pierre Brard, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Pierre Bozzone, avec comme grands témoins : Pascal Colin, Jacques Perriault, Christian Lavigne.

Vendredi 20 Mars 2009, 19H-20H

Vœux de l’Internet
Les Vœux de l’Internet est une tradition inclusive depuis 2004, qui vise à apporter de la convivialité et de l’humanité à la Société de l’Information.
Les E-Toiles d’Or distinguent dans diverses catégories (art, politique, économie, société civile et pays) , des personnalités qui ont contribué par des actes ou des prises de position aux formidables enjeux de l’Internet et de la Société de l’information.

Samedi 21 Mars Mars 2009, 14H-15H

Table ronde Internet des Objets
Cet événement grand public a pour objet de débattre en interaction avec les visiteurs du Salon, des promesses et des dangers de l’Internet des Objets.
Intervenants : Bernard Benhamou, Pierre Georget, Chantal Lebrument, Françoise Massit-Folléa, Francis Muguet, Louis Pouzin.

Dimanche 22 Mars 2009, 14H-15H

Le Mécénat Global : une alternative à l’HADOPI ?
Une approche philosophique du financement des œuvres numériques basée sur l’appréciation et non pas la consommation. Chacun devient mécène de ses artistes, et auteurs au travers d’une appréciation fine et librement exercée par chaque internaute en attribuant des parts d’une somme fixe contractuelle à leurs œuvres. Cette approche est naturellement adaptée aux œuvres numériques contrairement à une baguette de pain, car elles permettent un processus appréciatif non destructeur.
Le schéma juridique s’appuie sur des disposions d’ordre public dans des relations contractuelles et permet d’éviter l’obstacle juridique de l’exception aux droits exclusifs des auteurs ; qui affecte la licence globale. Enfin le coût de la mise en œuvre est très inférieur tant à l’HADOPI qu’à la licence globale, car il n’y a nul besoin de surveillance liberticide des réseaux, et au contraire les appréciations des internautes procurent des sondages fiables. Au niveau opérationnel, il suffira de rajouter une application sur la console de gestion des abonnés sur le site intranet (pas sur le routeur !) de chaque FAI.
L’approche du Mécénat Global n’est pas rigide, elle est pragmatique, et appelle à une phase d’expérimentation.
Pour clarifier un point important : cette approche, nullement limitée aux œuvres non commerciales, permettra l’éclosion de nouveaux business models où de nouveaux talents pourront se révéler, en se concentrant sur la qualité de leurs œuvres, en faisant confiance à l’appréciation des internautes, et en se dégageant de la contrainte souvent trop étouffante de trouver un mode de financement inadapté car basé sur la consommation.

Taggé avec: , , , , , ,

Laisser une réponse

Vous devez etre connectez Pour poster un commentaire