Société française de l'Internet

Quel Internet pour quelles sociétés ?

Création de la SARD, 8 septembre 2009 à Paris

SARD : Société d’Acceptation et de Répartition des Dons

Le mardi 8 septembre de 16 h 00 à 22 h 00 à la Mairie du 3e.

Le Mécénat Global : une nouvelle approche des rapports public/auteurs.

Quel financement, quelle reconnaissance pour les artistes et pour tous les auteurs de contenus sur internet ? Taxe, licence globale, contribution créative ?

Une autre approche permet la reconnaissance des auteurs : le mécénat global.

Rendez vous le 8 septembre en mairie du 3e. Accès libre.

Assemblée constituante d’une Société d’Acceptation et de Répartition des Dons.

* De 16 h 00 à 19 h 00 Fondation d’une Société de Répartition des Dons.
* De 19 h 00 à 20 h 00 Conférence de presse

Conférence : quelle alternative concrète pour le financement des œuvres numériques ?

* De 20 h 00 à 22 h 00 :
o Présentation du Mécénat Global : Comment soutenir les artistes en liberté ? par Richard Stallman
o Le consumérisme culturel contre les amateurs d’art par Bernard Stiegler
o Tous artistes ? par Antoine Moreau
o Modérateur : Laurent Chemla

Seront présents :
Martine Billard (député), Patrick Bloche (député), Pierre Aidenbaum (Maire du 3e arrondissement de Paris).

SARD, la FAQ

Qui ?

Benjamin Jean (Veni Vidi Libri), Valentin Lacambre (Altern), Dominique Lacroix, Philippe Langlois (Hacklab), Christian Lavigne (poète et cybersculpteur), Antoine Moreau (instigateur de la Licence Art Libre), Francis Muguet (Mécénat global), Jérémie Nestel (Attention Chantier), Mathieu Pasquini (InLibroVeritas), Louis Pouzin (un père de l’internet), Annick Rivoire (Poptronics), Raphaël Rousseau (un fils de l’internet, activiste du Libre), Michel Sitbon (ACJ, Association des cyber-journaliste), Pierre Troller (artiste), Alexis Kauffmann (Framasoft).

Quoi ?

La SARD ou Société d’acceptation et de répartition des dons est ouverte aux artistes, auteurs et créateurs de toutes nationalités. Elle a pour objet de favoriser le libre accès à la culture, grâce à un système de financement par le don.

Ce mode de financement concerne toute production de l’esprit, et notamment tous les types d’œuvres numériques et numérisées, qu’elles soient textuelles (blogs, sites, articles…), audio, visuelles, logicielles, plastiques ou musicales.

Sont considérés comme auteurs, toutes les personnes ayant contribué a la création de l’œuvre.

Où ?

Sur l’Internet, et, plus largement, sur tous les réseaux d’information et de communication et dans tous les pays.

Pourquoi ?

Aujourd’hui, la création sur Internet et les réseaux d’information ne peut se suffire de la seule gratuité. Elle doit être financée d’une manière juste et équitable pour répondre aux attentes des artistes, des auteurs et du public. Le succès d’Internet reposant sur des millions d’auteurs et de contributeurs, il est important que ceux-ci, dans leur pluralité, puissent se fédérer pour que se constitue un mode de financement de la création.

Comment ?

Il s’agit de mettre en place un mécanisme simple de répartition des dons, faits par les internautes pour les œuvres de leur choix. Il ne s’agit pas d’une nouvelle taxe ou redevance, mais bien d’une nouvelle façon de concevoir le rapport entre les auteurs et le public.

Qui donne ?
— Les grands donateurs (prestataires Internet, opérateurs télécoms, etc.) et les internautes directement, selon leur appréciation.

Comment l’argent collecté est-il réparti ?
— La SARD, en tant que structure d’expérimentation, mettra en place plusieurs systèmes de répartition :

  • l’internaute donne directement aux œuvres de son choix.
  • l’internaute verse au pot commun à la SARD selon des clés de répartition transparentes et claires, établies à partir de l’appréciation des internautes.
  • les grands donateurs versent au pot commun de la SARD.

Un comité d’évaluation indépendant contrôlera régulièrement le fonctionnement de l’association.

Combien ?

– L’intégralité des dons destinés aux œuvres est redistribuée aux œuvres.
– Les frais de gestion de l’association sont financés par des donations spécifiques.

Pour qui ?

Tous les artistes, auteurs et créateurs qui ont inscrits volontairement leurs œuvres au service d’acceptation et et de répartition des dons.

Sont susceptibles d’inscrire leurs œuvres :

– les artistes, auteurs et créateurs inscrits auprès des sociétés de gestion collective traditionnelles, la SARD vient en parallèle des dispositifs existants.
– les artistes, auteurs et créateurs qui ne sont pas inscrits auprès des sociétés de gestion collective, l’inscription à la SARD n’engage en rien leurs droits sur leurs œuvres.
– les artistes, auteurs et créateurs sous licence libre qui ne sont pas membres d’une société de gestion collective : la SARD est favorable à l’usage des licences libres.

Pour en savoir plus ?

http://www.sard-info.org

Taggé avec: , , , , ,

Laisser une réponse

Vous devez etre connectez Pour poster un commentaire