Société française de l'Internet

Quel Internet pour quelles sociétés ?

Francis Muguet nous a quittés

Francis MuguetLes obsèques de Francis Muguet auront lieu ont eu lieu :

samedi 31 octobre à 10 heures

à la Chapelle du cimetière de l’Est, dit du Père Lachaise
à Paris 20e, 16, rue du Repos.

– Plan d’accès : http://minilien.fr/a0jjfo
– Plan du cimetière du Père Lachaise (pdf, 1,1 Mo).

Francis Muguet a été trouvé mort à son domicile à Paris, mercredi 14 octobre 2009, victime d’une crise cardiaque semble-t-il ((en fait, il a été victime d’un accident vasculaire cérébral (A.V.C.), information du 17 décembre 2009, après autopsie ordonnée par voie de justice à la demande de sa fille)), à l’âge de 54 ans.
Docteur en sciences, auteur d’une thèse sur la chimie de l’eau et titulaire d’une licence en droit, Francis avait choisi de consacrer des recherches au rôle de l’informatique et de l’Internet au service d’un développement plus équilibré et plus juste de nos sociétés.
Francis était un défenseur infatigable du logiciel libre et de la science ouverte, promoteur d’une organisation multilatérale de la gouvernance de l’Internet et visionnaire de « nouvelles relations entre les artistes et leur public dans la société post-industrielle », à travers la proposition de Mécénat global, qui a inspiré la création de la SARD.
Attaché aux valeurs d’intégrité, de transparence et de responsabilité, il s’était engagé pour la refondation de l’Isoc France. Attaqué par une dénonciation calomnieuse ((Quatre mois après cette dénonciation, l’Isoc France était placée sous administration provisoire par le juge des requêtes. Voir le rapport de l’administrateur Me Lebossé.)) auprès de son employeur, Francis avait récemment été obligé de quitter son poste de chercheur à l’École nationale supérieure de techniques avancées (ENSTA). Il a fait partie de la charrette des 24 exclus de l’Isoc France — processus malhonnête cautionné par moins de vingt des 32 membres votants de la mascarade d’assemblée générale de juin 2009 — pour motif de « refus du fonctionnement associatif » : comble de cynisme !
Afin de poursuivre ses travaux, Francis avait rejoint l’Université de Genève en tant que directeur de recherches sur fonds privés. Il travaillait aussi à une mission d’études pour l’UIT (Union internationale des télécommunications) sur une utilisation innovante du système des classes du DNS (domain name system).
Francis Muguet était l’un des quarante cofondateurs de la Société française de l’Internet.

Il n’est pas de meilleur hommage que les propos diffusés à son sujet par Jean-François Morfin (alias Jefsey ou JFC) qu’on ne peut soupçonner de complaisance puisque Francis et Jean-François n’appartenaient pas aux mêmes organisations et se sont souvent opposés, malgré des orientations globales affichant des objectifs similaires.

« Francis était membre des listes de diffusion de france@large, du MLTF, de l’IUCG, du Comptoir et de MAAYA. Il était surtout un caractère chaleureux, inventif, actif, dévoué et brillant au service des gens et de la France. Aux côtés de Louis Pouzin, il a très fortement marqué le paysage Internet français ces dernières années. Il s’était engagé avec Eurolinc et MAAYA sur le thème du multilinguisme aux côtés du Président Adama Samassekou. Il avait pris les photos de la fondation du MLTF. Nous avons partagé bien des analyses, et divergé sur d’autres : il était certainement l’un de ceux qui comprenaient vraiment le paysage de la gouvernance internet française et internationale et l’implication des aspects architecturaux. Il était, surtout je crois, notre maître à tous en terme d’influence « governmental« . C’est une grande perte pour nous, pour la société civile française et son influence internationale, et pour l’internet.

Je pense me faire notre premier porte-parole en adressant mes plus vives condoléances à Melle Flore Muguet. »

Francis MuguetPour avoir travaillé en étroite collaboration avec Francis sur plusieurs sujets, j’ajouterais que, sous des tonalités parfois abruptes de ses propos —  qui reflétaient surtout la force de ses convictions et l’ampleur de ses visions, que des esprits mesquins voulaient confondre avec de l’ambition personnelle —, se cachait une profonde sensibilité, une intelligence rapide et créative, une culture riche, une réelle capacité à l’examen critique et à la révision des jugements hâtifs que la vitesse et l’émotion inspirent parfois à la plupart d’entre nous. Humour, autodérision et sens poétique étaient au rendez-vous quand la confiance franchissait les défenses de Francis.
J’avais fait sa connaissance dans l’hostilité car nous avions été dressés l’un contre l’autre, en 2006, par un manipulateur hors pair. L’analyse fine du misérable imbroglio où nous avions été entraînés nous avait finalement rapprochés et liés par estime et amitié.

Le décès de Francis est une perte. Pour les causes qu’il défendait. Mais aussi pour notre fibre humaine commune. Nul regret ne pourra la réparer. Puisse-t-elle nous inspirer plus de respect, moins de violence et de précipitation dans nos relations.

Et, comme l’écrit Philippe Aigrain, « N’attendons jamais pour dire à un ami ce que nous lui devons. »

Dominique Lacroix

Sommet mondial de la société de l’information (SMSI)
World Summit on the Information Society (WSIS)
et Forum sur la gouvernance de l’Internet (FGI)
Internet Governance Forum, IGF)

Sommet mondial sur la société de l’information,
World Summit on the Information Society, WSIS,
Tunis 16-18 November 2005.
Dr. Francis MUGUET, président du groupe de travail de la société civile sur l’information scientifique (Civil Society Scientific Information Working Group, http://wsis-si.org), et co-coordinateur du groupe sur les brevets, marques et droits d’auteur (http://wsis-pct.org)

Forum sur la gouvernance de l’Internet,
Internet Governance Forum (IGF),
4 décembre 2008,
Hyderabad (Inde)

Réseau Maaya
Cher(e)s Collègues,
Cher(e)s Ami(e)s,
Notre Réseau vient de perdre un grand militant et un ami pour beaucoup d’entre nous. En effet, nous avons tous été bouleversés d’apprendre le week-end passé la terrible nouvelle du décès brutal de Francis Muguet, qui était encore avec certains d’entre nous à Barcelone les 29 et 30 septembre 2009, à l’occasion du « Symposium International sur le Multilinguisme dans le Cyberespace » que nous avons co-organisé avec Linguamón. C’était donc hier… et chacun des participants de ce Symposium garde sans doute encore vivant le souvenir de ce combattant infatigable de la cause du multilinguisme dans le cyberespace et plus particulièrement d’un Internet multilingue ! A Barcelone, nous avons été témoins, comme à l’accoutumée, de la passion, de l’engagement et du professionnalisme avec lesquels il soutenait le projet qui lui tenait tant à cœur : envisager une nouvelle perspective d’organisation du système des Noms de domaine respectant la diversité linguistique et le principe d’équité des langues dans le cyberespace. Nous étions loin, très loin de nous douter qu’il menait en fait sa dernière bataille !
Francis Muguet est donc mort, pour ainsi dire, à la tâche, sans démentir cette image qu’il laissera à tous ceux qui l’ont connu depuis 2002, depuis l’enclenchement du processus du Sommet Mondial sur la Société de l’Information (SMSI).
Ayant eu le grand honneur et le privilège de présider le processus préparatoire de la phase de Genève du SMSI, je peux témoigner du rôle remarquable qu’a joué Francis Muguet, côté Société civile, dans l’adoption de certains textes essentiels de la Déclaration et du Plan d’Action de Genève, en particulier le 3ème principe fondamental « Accès à l’information et au savoir », dont le paragraphe 28 portant sur le libre accès aux connaissances scientifiques est de son inspiration et pratiquement de sa plume.
Celles et ceux d’entre vous qui étaient impliqués dans le processus de Genève en savent également quelque chose…

C’est cet homme généreux et attachant, ce brillant scientifique et chercheur, que les militants de la diversité linguistique et du libre accès aux connaissances scientifiques que nous sommes regretteront toujours et ce, d’autant qu’il n’aura jamais eu le temps ni l’occasion de parachever l’œuvre importante à laquelle il s’est entièrement consacré.

Je voudrais, au nom du Comité Exécutif et de l’ensemble des membres du Réseau MAAYA, présenter nos condoléances émues à sa famille éplorée, en particulier à sa fille Flore, esseulée certes, mais qui doit pouvoir compter sur le soutien des amis de Francis.

Cher Francis, nous acceptons que tu aies accompli ta mission sur terre !

Dors en Paix, car tu auras mérité du repos du guerrier !

Adama Samassékou
Président de MAAYA
Secrétaire Exécutif a.i.
Académie Africaine des Langues (ACALAN)

Version en langue anglaise

Dear Colleagues,
Dear Friends,

Our Network has just lost a great activist and friend to many of us. We were all shocked to learn last weekend the terrible news of the sudden death of Francis Muguet who was just recently with some of us in Barcelona on the 29th and 30th September at the “International Symposium on Multilingualism in Cyberspace” which we co-organized with Linguamón. That was just the other day…and I am sure that all the Symposium participants have a vivid memory of the tireless fighter for the cause of multilingualism in cyberspace and more particularly a multilingual internet. In Barcelona, we were witness to his usual passion, commitment and professionalism in support of the project he took so much to heart: working towards a new perspective on the Domain name system in keeping with linguistic diversity and the principle of language equity in cyberspace. Never could we have imagined that he was actually waging his last battle!

Francis Muguet has passed away, in full action, true to the image he leaves to all those who have known him since 2002, since the launching of the process of the World Summit on the Information Society (WSIS). Having had the great honour and privilege of chairing the preparatory process of the Geneva phase of the WSIS, I can attest to the significant role played, on the Civil Society side, by Francis Muguet in the adoption of some key texts of the Geneva Declaration and Plan of Action, especially the third key principle on “Access to information and knowledge”, of which paragraph 28 deals with open access to scientific knowledge and was largely inspired and penned by him. Those of you who were involved in the Geneva process certainly remember…

We, as activists of linguistic diversity and open access, know what a generous and engaging man he was, what a brilliant scientist and researcher. We will miss him sorely, especially since he never had the time or the opportunity to complete the vital work to which he devoted his energies.

On behalf of the Executive Committee and all members of the MAAYA network, I wish to present our heartfelt condolences to his bereaved family and especially to his daughter Flore, who in her grief, knows she can rely on the support of Francis’ friends.

Dear Francis, we accept that you have accomplished your mission on earth!

May you rest in peace, for you have deserved the peaceful rest of the warrior!

Adama Samassékou
President of MAAYA
Executive Secretary a.i.
African Academy of Languages (ACALAN)

Rencontres Internet d’Autrans


Interview du député-maire Alain SUGUENOT en préambule des Rencontres Internet d’Autrans 2006

Interview du député Richard CAZENAVE lors des Rencontres Internet d’Autrans 2006
Francis Muguet

Vœux de l’Internet


Vœux de l’Internet (http://voeuxinter.net), 23 Janvier 2007, (http://voeuxinter.net/2007-france.html)
Paris, Salon d’honneur des Invalides.
Bilan 2006 et intervention de Jean Pierre Pinet (ATD Quart Monde http://www.atd-quartmonde.org)

Vœux de l’Internet 2009, à la première édition du Salon de l’Internet
Organisateurs : Francis Muguet et Denis Marion.

N.B. Certains sites Internet, hébergés sur les serveurs de Francis à son domicile, sont pour le moment déconnectés.

Réactions sur le web

L’ouvrage La Bataille Hadopi, édité par In Libro Veritas,
est dédié à Francis Muguet, l’un de ses 40 auteurs.

La Bataille Hadopi

La conférence de presse
de lancement de l’ouvrage
La Bataille Hadopi
aura lieu au Fouquet’s,
le 29 octobre 2009.

Taggé avec:

16 Commentaires

  1. It’s indeed a very sad piece of news.
    Françis was one of the very active and committed civil society actors in WSIS, and especially in its second phase.
    Françis always had his own opinion, but never was negative. Our views weren’t always the same, and yet, we were really good friends. I feel too sad.
    I can’t forget his behaviour when Jean Louis had his health problem in ITU in Geneva.

    Now, he is away….. It’s a nasty situation

    ————————————————————
    Tijani BEN JEMAA
    Vice Chairman of CIC
    World Federation of Engineering Organizations

  2. Cette nouvelle me touche au plus profond. Je ne peux croire que celui qui m’a assisté et aidé si efficacement à rester en vie en mai dernier nous ait soudain quittés pour toujours.

    Francis, ma mémoire est trop pleine de tes rires, de nos longues discussions et de nos fréquents échanges. Tu étais ce militant dont on ne peut que rêver et dont on s’honore d’être l’Ami. Je ne peux résister à pleurer en écrivant ces lignes à ta mémoire.

    Francis, sache bien que, où que tu sois -et pour moi tu ne peux être qu’à une place où règne la Paix et la Solidarité – mes pensées ne te quittent pas et ma reconnaissance t’est acquise à jamais. Mais il me faudra encore faire beaucoup d’efforts pour admettre que nous ne nous croiserons plus et – surtout – que nous ne partagerons plus nos vues sur les grands problèmes qui attendent la société et sur lesquels tu avais toujours un avis motivé.

    Rétrospectivement, le seul rayon de soleil dans ce triste paysage que tu nous laisses, c’est le souvenir de notre travail commun, de notre engagement dans le SMSI où tu nous as rejoints, comme nous le rappelle notre ami Tijani, avec toute ton ardeur, tes convictions, mais aussi ton engagement et ta grande disponibilité. Tu as interloqué plus d’un d’entre nous par ton travail impressionnant, tes analyses de fond, et ta sincérité. Et pour ce qui me concerne, j’y ajoute l’amitié qui a toujours prévalu dans nos relations. Merci mon cher Francis pour tout cela !

    Je tâcherai de continuer une partie de ton engagement dans un domaine qui m’est moins étranger que les codes, protocoles et autres sciences de la complexité. Je veux parler des problèmes de financement des objectifs du SMSI et des nouveaux mécanismes et dispositifs que nous devons inventer ou remettre à l’honneur, pour contribuer à un développement humain plus équitable et plus solidaire. Je veux parler du Groupe de travail de la société civile sur le financement, créé sous tes pressions amicales sur notre ami Djilali (Benamrane) et moi-même, suite notamment à mes interventions et propositions au nom de CSDPTT au SMSI. Je te promets, mon cher Francis, de continuer ce combat, maintenant d’autant plus que je sais que tu seras en permanence « derrière moi ».

    Francis, par un concours de circonstance indépendant de ma volonté je n’ai pas pu te revoir à Genève comme je te l’avais (presque) promis lors d’un de nos nombreux échanges téléphoniques. En effet, à l’avant-veille de la réunion de l’UNGIS sur les mécanismes de financement, mon cardiologue m’a fortement dissuadé de participer à cette réunion, car il estimait après m’avoir sérieusement ausculté, que deux jours de discussions seraient une charge incompatible avec la proximité de mon opération. C’est donc avec une grande déception que j’ai dû renoncer à participer à ce rendez-vous si important, d’autant plus que – toi et moi – nous y avons travaillé dur pour convaincre nos interlocuteurs de l’urgence du débat sur ce problème fondamental. Je te remercie, Francis, pour ce coup de main que tu m’as donné pour faire aboutir – enfin ! – cette revendication fondamentale de la société civile engagée dans le processus du SMSI. Mais je regretterai encore longtemps d’avoir trop écouté mon cardiologue et de ce fait d’avoir perdu la dernière occasion de te revoir et de partager avec toi quelques moments d’amitié et d’échanges.

    Francis, tu nous as tous laissés un peu orphelins car tu avais encore tellement d’idées et de propositions à nous faire partager dans des domaines qui t’étaient plus que familiers. Tu avais accepté pour cela les propositions de l’UIT pour les porter encore davantage dans le domaine public concerné. Chacun d’entre nous, dans les futurs débats, sur la gouvernance de l’Internet et aussi dans l’autre problème majeur laissé en friche par le SMSI : le financement de ses objectifs, aura en mémoire tes contributions. Nous continuerons ainsi à t’associer à nos travaux pour faire avancer ces grandes problématique.

    Un immense merci à toi, Francis, mon ami, pour tout ce que tu nous as apporté. Nous serons tristes de ton départ, mais nous nous souviendrons de ton engagement pour nous redonner espoir !

    Jean-Louis Fullsack
    Administrateur de CSDPTT (http://www.csdptt.org)
    Accrédité au SMSI et dans son processus de suivi

  3. Cette tribune libre lui rend hommage et nous espérons que cette dénonciation calomnieuse ne reste pas impunie!
    http://societe-de-la-conaissance.blogspot.com/2009/10/francis-muguet-est-decede.html

  4. Que dire de plus après ce texte de Dominique et de Jean-Louis ? Francis l’homme de tous les combats pour une société de l’information plus ouverte et plus juste. Un agitateur, un inventeur, un défenseur d’idées jusqu’à son dernier instant de vie.
    Après avoir sauvé Jean-Louis il nous a quittés dans la solitude avec personne pour appeler le SAMU. C’est ce qui nous rend encore plus tristes. Francis s’est battu avec une énergie incroyable, et il est mort seul. Nous continuerons son combat.

  5. Pour n’avoir eu l’opportunité qu’une seule fois, grâce à Dominique Lacroix, de rencontrer et de dialoguer avec Francis Muguet, je puis témoigner d’avoir immédiatement compris avoir affaire à un homme sincère et généreux, préoccupé du bien commun, engagé et d’une intelligence remarquable.
    La vie est traversée par chacun d’entre nous, modeste voyageur, et ce qu’elle nous offre est gravée dans le marbre de l’éternité que certains appellent le passé.
    L’intensité de cet être fut incontestable, son héritage intellectuel et politique précieux. A chacun de s’en inspirer et de savoir agir tout en se préservant. Car si Francis nous quitte soudainement à 55 ans, c’est d’avoir vécu avec passion et raison, poursuivant des idéaux avec efficacité et se donnant tout entier pour une construire une société civile de concorde, lucide et aussi redoutable que les forces qu’elle cherche à déjouer.
    Certainement à peine légitime pour l’énoncer, notre bref échange approfondi me donne la force de rendre hommage à sa démarche, et à sa vibration.
    Toutes mes condoléances à ceux qui l’ont mieux connu et qui l’aimaient.
    Chaleureusement vôtre.

  6. Quelle bien triste et incroyable nouvelle.
    Je ne connaissais pas vraiment Francis Muguet. Je l’ai croisé une fois ou deux, peut-être trois, lors de réunions d’Eurolinc et, un peu plus, il est vrai lors d’un trajet en tramway… C’est dire.
    Il n’empêche. Cela a suffi. Cette nouvelle m’a atterré à un point pas possible. Un vrai coup de poing dans l’estomac.
    Avec le recul, certainement le choc d’apprendre qu’une vraie flamme, de celle qui brille et qui éclaire puissamment, s’était brutalement et incompréhensiblement éteinte.
    Il fait bien noir soudain.

  7. Francis était un ami, un ami très cher, avant d’être un « collègue de travail ».
    Je pleure cet ami, cet homme enthousiaste et généreux, avant même de me dire qu’il avait du génie dans tel ou tel domaine – ce qui est aussi vrai et sans doute plus évident pour ceux qui le connaissaient moins intimement. Mais toutes les facettes de sa personnalité, toute sa richesse intérieure, sa présence explosive, son humanisme ou son humour, tout cela va nous manquer terriblement. Je pense à la bouleversante scène de Pagnol lors de la partie de carte après le décès de Panisse. César se tourne comme d’habitude, et dit « c’est à toi de jouer »…on voit alors une chaise vide. Putain de chaise vide !

  8. Françis était un militant de longue date, imaginatif et infatigable, pour le libre, et surtout pour la liberté sur l’Internet et son contrôle démocratique. Il travaillait aussi à imaginer des solutions aux problèmes actuels de l’accès aux œuvres, de l’évolution du copyright et des modes de rémunération des artistes, en particulier par ce qu’il appelait le mécénat global, qui lui tenait beaucoup à cœur et auquel il avait consacré un site web :
    http://mecenat-global.org

    Il voyageait beaucoup et était très actif dans de nombreuses instances internationales où il défendait ces évolutions (Unesco, Sommet Mondial de la Société de l’Information, … ). Il était présent au Forum Mondial du Libre il y a 15 jours, toujours plein de projets et d’idées, comme à l’accoutumée.

  9. Cette nouvelle m’a affecté.

    Francis était un sacré caractère parfois difficile à suivre, mais ceci était le résultat d’un engagement franc, massif et sans concession à des valeurs en lesquelles il croyait et qu’il défendait avec dévouement. Les personnes engagées contribuent largement à la ‘fraîcheur’ de notre société, à son progrès et son renouvellement.
    Francis nous manquera.

  10. Message destiné à Francis et ceux qui le connaissent bien (*)

    Engagé, habité par ses convictions, secouant la ruche onusienne, l’apiculteur s’en est allé sur les petits chemins qui sentent la noisette. Puissent d’autres abeilles suivre ses pistes.

    Salut l’Artiste

    * Francis adorait le miel (NDLR)