Société française de l'Internet

Quel Internet pour quelles sociétés ?

ACTA : une coalition mondiale alerte l’Union européenne dans une lettre ouverte

ACTA, Stop secretLa Société française de l’Internet a rejoint la coalition mondiale d’organisations non-gouvernementales, d’associations de consommateurs et de fournisseurs de services formée à l’initiative de la Quadrature du Net pour alerter l’Union européenne.

L’accord commercial relatif à la contrefaçon (ACTA) est actuellement en négociation. Une lettre ouverte de la coalition, dont le texte est reproduit ci-dessous, appelle le Parlement européen et les négociateurs de l’Union européenne à la vigilance concernant les droits et libertés fondamentaux des citoyens en Europe et à travers le monde.

ACTA: Menace globale pour les Libertés
lettre ouverte

L’Accord Commercial Anti-Contrefaçon (ACTA) est un large accord intergouvernemental en cours de négociation allant des questions sociales essentielles d’accès aux médicaments1 à la régulation pénale d’Internet. Nous craignons que cet accord ne nuise sérieusement à l’innovation européenne dans le marché unique numérique, tout en portant atteinte aux libertés fondamentales et à la démocratie dans son ensemble.

Le processus de négociation pose en lui-même d’importantes questions de transparence et de respect des processus démocratiques, étant donné que le contenu du projet d’accord a été tenu secret depuis plus de 18 mois, et ce bien que certains détails des propositions aient récemment fait l’objet d’une fuite. Plus inquiétant encore, alors que le Parlement européen s’est vu refuser l’accès aux documents, l’industrie américaine y a eu accès, après avoir signé des accords de non-divulgation.

Une récente analyse de la Commisson européenne2 concernant le chapitre Internet de l’ACTA démontre que les questions en cours de discussion vont bien au-delà de l’acquis communautaire. Plus important, l’analyse de la Commission confirme que le document de travail actuel de l’ACTA restreindrait profondément les droits et libertés des citoyens européens, principalement la liberté d’expression et la protection des communications privées. Celles-ci sont en effet très fortement menacées, puisque le projet en cours appelle à l’adoption de dispositifs de « riposte graduée » et de filtrage de contenus en tentant d’imposer la responsabilité civile et pénale des intermédiaires techniques, tels que les fournisseurs d’accès Internet. Le texte pourrait également radicalement mettre en cause l’exercice de l’interopérabilité, qui est essentiel à la fois aux droits des consommateurs et à la compétititivé.

En conséquence, nous appelons le Parlement à enjoindre les négociateurs européens à établir la transparence du processus de négociation en publiant le projet d’accord, et à ne pas accepter une proposition qui nuirait aux droits et libertés des citoyens. De plus, nous exhortons le Parlement à indiquer fermement à la Commission et au Conseil que tout accord ne respectant pas ces principes fondamentaux forcerait le Parlement à rejeter le texte dans son entier.

En savoir plus


  1. Voir: http://www.oxfam.org/en/pressroom/pressrelease/2009-07-15/criminalize-generic-medicines-hurt-poor-countries [retour]
  2. Voir: http://sharemydoc.org/files/philip/ec_analysis_of_acta_internet_chapter.pdf [retour]

Taggé avec: , , , , , , , , , ,

Laisser une réponse

Vous devez etre connectez Pour poster un commentaire