Société française de l'Internet

Quel Internet pour quelles sociétés ?

Internet des Objets : Objets « connectés », objets « communicants »… ou objets « acteurs » (1/2) ?

Conseil : consulter le lien suivant avant la lecture de cet article… http://www.orange-business.tv/2010/01/petit-dejeuner-du-web—les-objets-parlent-aux-objets.html

« Communiquer » n’est pas « partager » et, aujourd’hui, si certains moyens évolués de communication existent, ceux du « partage » ne sont pas (encore) déployés.

Quand un objet « communique » avec un autre objet, de l’information en sortie alimente un autre objet en entrée afin d’initier une nouvelle transformation (mécaniste ou informationnelle). Sur la base de ces relations de cause-à-effet, le processus ainsi observé est dit « fonctionnel ». L’information d’entrée n’est « compréhensible » par l’objet suivant que dans le contexte fonctionnel préalablement pensé/programmé par le concepteur humain du processus incriminé.

Ainsi, cette information est prédéfinie d’un point de vue syntaxique (standard EDI, protocole propriétaire, etc.) et ne saurait être interprétée que par des objets capables d’utiliser la même syntaxe (même référentiel) dans un cadre fonctionnel précis.

Ces objets, ne disposant pas d’autonomie décisionnelle, savent donc échanger de l’information et s’insérer dans des INTRANETS des OBJETS (environnements au sein desquels les processus sont contrôlés, maîtrisés, … 1+1=2), mais ne savent pas adresser un quelconque INTERNET des OBJETS, par définition ouvert, incertain et complexe (1+1>2).

En l’occurence, ils ne savent souvent pas :

  • donner du sens à une information qui n’est pas préformatée ou générée dans un contexte prédéterminé (analyse sémantique), ils ne sont pas « autoréférentiels »,
  • réagir à ces mêmes informations , prendre les décisions adéquates, ils ne savent pas s’auto-organiser,
  • capitaliser sur un retour d’expérience, faire évoluer leurs propres comportements,
  • interagir avec d’autres objets pour créer les conditions d’un « partage » qui créera un comportement collectif spécifique, selon le contexte, la situation.

Transformer les « objets connectés » en véritables « acteurs de l’INTERNET » (passage du WEB 2.0 au WEB 3.0) passe donc par la mise en œuvre de méthodes de conception applicative adaptées. A défaut, nous n’évoquerons que les notions d’INTRANETS des OBJETS, propriétaires, spécifiques et applicables aux chaines de valeur (boucles) fermées.

…Suite dans l’article intitulé « Internet des Objets : Objets « connectés », objets « communicants »… ou objets « acteurs » (2/2) ? » sur le même site.

Philippe GAUTIER

www.b-adsc.com

Taggé avec: , , , , , , ,

5 Commentaires

Trackbacks

  1. Internet des Objets : Objets « connectés », objets « communicants »… ou objets « acteurs » (2/2) ? | Société française de l'Internet
  2. Entrevue # 4 | Laurent Maisonnave | Quartier des spectacles
  3. 2025 : les objets prennent le pouvoir | | MilkCheckMilkCheck
  4. Digital writing. Nel laboratorio della scrittura | Communication Strategies Lab
  5. Moteurs de recherches | Pearltrees

Laisser une réponse

Vous devez etre connectez Pour poster un commentaire