Société française de l'Internet

Quel Internet pour quelles sociétés ?

3 questions à Philippe Gautier, posées par David Fayon

Philippe Gautier1. On pourrait définir le Web 3.0 comme la conjonction de l’Internet des objets et du web sémantique. Quels sont les outils incontournables dans ce futur écosystème, les technologies sensorielles de type RFID, code à barre ou GPS sur lesquels les applications devront s’appuyer ?

Trois idées importantes sont introduites en même temps, sur lesquels beaucoup de personnes divergent encore sur les définitions à l’heure actuelle… essayons d’y voir plus clair :

A l’origine, l’Internet des Objets est un concept dans lequel on identifie des objets de façon unique.
[On peut lire la suite sur le site de David Fayon]

2. En matière d’Internet des objets, comment peut-on adjoindre une intelligence logicielle à ceux-ci pour qu’ils puissent opérer en fonction du contexte ? Et quels pourraient être les usages ?

Nous l’avons vu, en dehors des processus maîtrisés, toute approche centralisée, top-down ou trop fonctionnelle est un travail sans fin, voué à l’échec. Cela ne marche pas en économie, en politique, en science, en sociologie… alors pourquoi serait-ce efficace dans le domaine de l’organisation et des systèmes d’information ?

Il faut, pour s’en sortir, prendre le problème autrement et comprendre que les informations tirées des technologies sensorielles n’ont de sens que dans le cadre des finalités – ou objectifs – que poursuivent les acteurs concernés au moment où les évènements interviennent.
[On peut lire la suite sur le site de David Fayon]

3. Enfin pourriez-vous présenter votre société Business2any qui édite un atelier de génie logiciel pour l’Internet des objets – DoMIS, votre méthode utilisée et son offre ?

Quand je dis aux gens que nous disposons d’une méthode et d’outils qui permettent ces choses, leur premier réflexe est de s’interroger… Je crois que les plus sceptiques sont les informaticiens, ceux à qui on a enseigné que « les programmes ne savaient faire que ce pourquoi ils avaient été programmés ».

Je suis informaticien et, pourtant, je ne me suis jamais satisfait de cet état de fait depuis 20 ans que j’exerce… Les perspectives offertes par l’Internet des Objets m’ont donc mené, dans le cadre de mes recherches et expérimentations, à trouver des solutions… et créer une entreprise qui les propose aux sociétés intéressées par ce marché.
[On peut lire la suite sur le site de David Fayon]

31 mars 2010

Philippe Gautier, Directeur de Business2any, était précédemment Directeur des Systèmes d’Information ce qui lui a, entre autres, permit d’être le premier à implémenter l’ensemble des technologies standardisées «EPCGlobal» (dont la RFID UHF GEN2, EPCIS et ONS) dans un pilote innovant puis à un niveau opérationnel pour gérer – en boucle semi ouverte – la traçabilité des palettes logistiques chez les différents acteurs de la Supply Chain. Ces expériences lui ont valu d’obtenir tour à tour le prix GS1 2005 de l’innovation, le trophée PME 2006 du « Monde Informatique » et deux trophées des « DSI 2007 » de 01 Informatique : LAURÉAT PME-PMI ET PRIX SPÉCIAL DU JURY. Il est spécialiste de la méthode B-ADSc et auteur de nombreux articles et intervient régulièrement à des conférences y compris au niveau international.

Taggé avec: , , , , , ,

1 Commentaire

Trackbacks

  1. Systèmes complexes : vers une révolution de la conception logicielle ? « Société européenne de l'Internet

Laisser une réponse

Vous devez etre connectez Pour poster un commentaire